TRAIL ET ULTRA PASSION!

Bienvenue sur ces quelques pages dédiées au Trail et à l’Ultra Endurance!

Raidlight Trail Trophy 2006!

Classé dans : RECITS! — 22 janvier, 2006 @ 14:36

raidlight.jpg 

RaidLight Trophy 2006!

Me voici dans la colonne de droite pour récupérer mon dossard. J’attends patiemment de passer pour avoir enfin mon précieux…..
Je le récupère après quelques minutes avec le tee-shirt et le bandeau. Je pars de suite vers une table et finis de me préparer:
collant, tee-shirt, sous vêtement manche longue, pompes, guêtres, poche à eau….couverture et sifflet, coupe vent dans le sac. D’ailleurs je suis pas sûr que tout le monde a le matériel minimum obligatoire….Pas de pression particulière,tout va bien je suis content comme d’habitude, je cherche du regard un des 9 ou 10 kikoureurs déclarés sur cette course.
Le temps est maussade, couvert et il y a un peu de vent. La neige de la nuit recouvre de quelques centimètres le sol et dissimule ……un véritable champ de mines que nous allons devoir traverser!depart.jpg8h55 sur la ligne de départ avec environ 500 concurrents sur le 22/33km. Les 2 organisateurs montent sur le podium pour quelques rappels de sécurité et info sur le jalonnement  » RÔSE « ….Alexandra Rousset saisie le pistolet et « PAM »!!!
Le petit flot s’élance sous la porte de départ .Je passe la ligne dans les derniers tranquillement afin de prendre quelques minutes pour m’échauffer en trottinant avant de prendre un rythme de croisière. Mais ça monte quasiment tout le premier kilomètre en passant dans les prairies blanches et herbeuses.
La colonne s’allonge mais pas assez pour ne pas se gêner.Je trouve que ça part vite pour le gros et l’arrière du peloton.Je me dis  » fait gaffe, prend le temps de bien chauffer la machine… » Mais en fait, je pars dès le premier sentier avec comme objectif de doubler un maximum de gens afin de ne pas être gêné dans les endroits techniques. Je ne sais pas si ça tiendra jusqu’au bout,…on verra car je ne pars jamais vite la première demi-heure.

Après quelques kilomètres, nous voila dans un chemin de débardage ou l’engin d’ailleurs, nous a laissé des obstacles!
Et oui le champ de mines est déjà là! Sous la neige, de la « GLACE »! Mais de la vrai de vrai, transparente, dure, lisse a souhait! Partout, sous les arbres, dans le sentier, sous la neige, dans les descentes, sur les bas cotés….partouuuuuut! Le seul coin sans cette satanée glace c’est les routes…principales…mais c’est un trail. Pas de repos pour les yeux, le cerveau et les chevilles! Le maitre-mot  » VIGILANCE « !

Il faut lire le chemin, utiliser les capacités des pompes, les placements de pieds, les aspérités du sol…regarder les autres…suivre des lignes parfois différentes.On est tous prudent,surtout dans les déscentes, mais dès que le sol devient moins techniques, ça envoi dure…ça rattrape le temps perdu.Quelques uns profitent de la descente pour tracer à fond et d’ailleurs ils s’en sortent bien!
La descente sur Planfoy se termine,ainsi que la neige…cependant la glace est toujours là.Merci aux différents jalonneurs qui nous informent des plaques par ci par là.On descend encore jusqu’a la rivière par un chemin carrossable en été,c est la ou j’ai vu chuter lourdement quelques coureurs qui se relèveront sans aide après que plusieurs d’entre nous s’informèrent de leurs états .En bas du chemin au niveau de la rivière, on passe un petit pont gelé ,protégé par une rambarde en fer forgé très basse à mon goût….faut pas glisser car c ‘est la bascule dans le vide.

traverse.jpg

On passe le pont et on se retrouve sur un sentier qui suis la courbe de niveau, ce qui permet allonger un peu mais en restant vigilant.Dans ce vallon qui mène au gouffre d’enfer, le paysage change.Il n’y a plus de neige, seulement les feuilles mortes et des pentes abruptes, ce qui change nettement des couleurs « blanches et vertes » du plateau.
En bas du vallon on bifurque nettement à gauche pour remonter jusqu’au barrage.Juste avant ,on se marre bien en coupant les virages en suivant le jalonnement alors que certains font tous les virages du chemin.On gagne 50m mais on se trompe juste après, alors voila un petit groupe qui remonte de quelques mètres pour reprendre le chemin…La remontée s’entame au pas de course jusqu’au barrage dans la gorge très étroite digne du film du  » Seigneur des Anneaux », ambiance assurée!On passe dans une sorte de haie d’honneur de 50m faite d’arbres de plusieurs dizaines d’années.Superbe!

seigneur.jpg
Quelques mètres plus tard, le barrage est là, impressionnant! Que vient il faire ici? Et là je peux voir les marches taillées dans la roche. Sur la vingtaine de coureurs que je vois, seul un les monte en courant! Au sommet on domine l’escalier et les coureurs derrières.Je prends une ou deux photos avec mon portable.

escalier.jpgbarrage.jpg

On entame la montée sur PLANFOY avec un mur de plusieurs centaines de mètres.Encore une fois, un seul le fera en courant, mais on va a la même vitesse que lui.On atteint de nouveau le plateau.

monte.jpg
Une nouvelle série de pistouilles dans la neige sous les sapins.J’accroche un gars sympa dossard 4XX et on discute de l’adhérence, des picots…on s’éclate en clair.
« Attention branchessss! Glaces! A droites…. » Un travail d’équipe.On saute les arbustes, on glisse et on s’enfonce encore et encore.
Nous nous suivons un bout de chemin, une demi heure environ avec un passage a tour de rôle en tête en fonction de nos capacités individuelles.
Il finira par me larguer avant le retour sur St Genest.On sort de la forêt en suivant les traces de quads qui ont du en ch… plus que nous vu les patinages.

Nous sommes de nouveau sur un chemin plat enneigé qui mènera au dessus de la ville de St Genest.Nous redescendons en contournant par l’ouest par des pistes et des prairies gelées.Tout cela nous mène en aval a contourner un petit lac ou le choix pour certains devient inévitable: 22 KM à gauche, 33 KM à droite!J’avais signé pour le 33 donc ça sera la crème des crèmes ,le 33.

Nous voici partis sur la 2e boucles afin de rejoindre le dernier ravitaillement avant l’arrivée.La neige est là, encore mais moins de glace (enfin je trouve…).Nous quittons le lac des yeux et commençons à monter dans la forêt avant de déboucher dans un découvert ou l’on aperçoit  » L’ALLIER ».Il devrait y avoir le ravitaillement.

neige.jpg
Ca va faire du bien!Je traverse le découvert par le chemin en évitant les « plaques » sur conseille des « spectateurs ».Je traverse le village, suis la route et reprend à droite dans un layon.Celui ci donne sur le « grignotage » avant 230m de D+ d’affilé.Il y a un concurrent qui se restaure.Je fais de même, mais je vois un groupe fondre sur moi.Zut, je choppe 2 ou 3 trucs et je repars.Une portion sur le goudron(ça fait du bien de temps en temps) et je tourne à gauche pour la grande montée!La je fais chaque portion raide en marchant rapidement.La course est difficile sur ce terrain,je préfère faire de grands pas rapide en travaillant le placement de pied afin de ne pas perdre en poussée.J’en remonte quelques uns et atteint le sommet vers le jalonneur.Il m’indique à ma grande stupeur qu’il faut faire le tour du poteau : tout le monde est étonné. ALT 1215m

La descente finale est sous mes yeux dans le brouillard et le vent.La neige est soufflée mais on s’enfonce facilement jusqu’aux genoux à certains endroits.Vu les trous,il y en a qui en ont en fait les frais!A ce moment nous sommes 2 à nous suivre, lui devant qui veut me laisser passer car il a des débuts de crampes aux mollets…mais je reste derrière et j’attend mon heure….qui ne viendra pas!Et la, catastrophe!On a discuté, je me suis relâché un instant et je n’ai plus rythmé ma respiration!
Me voilà avec un point de coté de dingue, je suis scotché et obligé de …m’arrêter net!Et ça 3 fois de suite. Je repars difficilement dans la neige, ça fait mal…mais je respire profondément. Mon camarade momentané a disparu loin devant.J’arrive vers le deuxième passage au dessus de la clôture, il y a un homme assis sur la neige juste derrière! « Ca va ?  » Il répond  » oui « , alors je repars. Un petit sentier verglacé (encore….) permet d’agrandir la foulée et de rejoindre le lac où se faisait le choix des 22/33 KM. On le longe tranquillement, on passe le ruisseau et voila le dernier KM qui s’annonce sur le chemin de promenade.Il monte légèrement et je me laisse doubler, j avance mais un concurrent va plus vite.Je fais de petits pas rythmés et lui des grands.

Reste 500m avant de tourner définitivement à droite vers l’arche d’arrivée.Je met un coup de booster et repasse celui qui me précédait .Je passe la dernière pente herbeuse en annonçant au jalonneur avec un sourire que c’est la plus dure! Ca le fait marrer, mais la ligne est là a 10m et j’y vais de ce pas.Ca y est j’y suis! 33KM en 3h54.
 

Merci aux jalonneurs qui ont un mot pour chacun .Merci aux organisateurs et bénévoles qui sont naturelles et mettent la main à la pâte pour nous .Merci aux quadeurs pour la trace.

 

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Anthropologie Sport Technol... |
momandinho10 |
Footstar.fr |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | marocain100%
| www.randy.com
| SIHAM+MERIAM=LOVE