TRAIL ET ULTRA PASSION!

Bienvenue sur ces quelques pages dédiées au Trail et à l’Ultra Endurance!

La Course aux Etoiles aux Pays Vignanais!

Classé dans : RECITS! — 16 février, 2007 @ 15:55

4h00, me voici sur la ligne de départ, prêt à affronter les 64 km et les 2400m de dénivelé positif de cette course…qui sera en fait une véritable aventure humaine sur les 15 derniers kilomètres!parcourstrail.jpgA ce moment je repense au passé, je repense aux jours, aux heures précédents le départ!Je me demandais si le fait de sortir d’une semaine de montagne, d’une semaine sans repos,d’une semaine a se nourrir comme ci comme ca, d’une semaine a très peu s’hydrater…d’une semaine sans sommeil, de 5 heures de voiture…feront que la course se passera bien?Terminer, oui, mais terminer en bonne état et reprendre la route dès la fin de la course et encaper le lendemain par 3 jours de montagnes,c’est une autre histoire. On vera, me dis je, c’est l’aventure, non? Au boulot aussi ils se posent la question, ils se proposent de me remplacer,mais non on vera bien…

Le speaker vient de donner les derniers conseils. Je viens de passer le controle de présence et je suis avec Didier ( tounik). Il a réussit a me chopper au passage du controle, ce que je n’avais pas réussi a faire en restant fixe pendant 3/4 heures à regarder chaque dossard!

Le départ retentit et la « petite foule » s’étire rapidement, nous sommes environ 115 en individuel et 100 en relais (2 et 4). Le comité est restreint et laisse présager de longs moments de solitude sur le parcours…mais pas de bousculades et tant mieux.Le circuit laisse filer les gens sur une portion de 7 km de chemin et de route non technique, le temps de trouver son rythme et sa place du moment. Nous empreintons une grande partie de l’ancienne ligne de chemin de fer en partis goudronné. Alternance de ponts, de faux plats montants jusqu’a un long tunnel.

 etoiles007.jpg

A la sortie de celui-ci, un jalonneur nous indique le sentier en contre-bas qui remonte dans un petit village (Bez sur Esparon) dominé par un Viaduc.Je traverse la rivière par une passerelle bétonnée. Après 1 heure de course, je ne vois plus Tounik.Devant, derrière, je ne sais plus! Je me suis arrêté pour quelques photos (les seules!) et lui pour « arroser la nature ». De toutes les façons, on devrait se revoir puisque, de manière marrante je trouve, nous faisons les mêmes temps sur la Saintélyon et les Templiers!

Arggg, mon GPS n’a pas encore fixé de Satellites!

Suis une courte montée de 4.5km sur quand même plus de 300m de dénivelé, là, je ne me souviens plus de celle-ci, mais les espaces entres les coureurs sont déja grand! Vigilance pour l’itinéraire, mais c’est très bien jalonné…faut simplement lever la tête! Il suit le PR puis un brin de chemin jusqu’ à Esparon. Après un dernier ressaut, descente sur le premier ravitaillement au km 14 (Mollière) sur encore 5kms. Je double quelques coureurs dans la nuit sombre et le ciel menaçant…Ravito 1 après 1h32 de course soit 9.3 km/h, 14km et 420m de D+.

Les ravitaillements sont bien placés sur le parcours.J’apprécie se coté gestion de la part du coureur, je m’explique. Plus on se rapproche de l’arrivée plus les ravitaillements s’espacent: 14km, 14km, 17km et 19km! Ca change la donne et laisse peu de place a l’approximation…Tu n’as pas interêt à oublier quelque chose à boire ou à manger!!! Parce que 1h30 entre les ravito du départ et 2h30 entre le dernier et l’arrivée…

Je sors du ravitaillement régénéré pour les 14km suivant. 6km de chemins, j’attaque un bon morceau de piste carrossable recouverte de feuilles glissantes. La pluie commence a tomber doucement… Je me tape la côte en courant d’une seule traite sur les 500m de D+.En haut je tourne à droite sur le chemin et ca redescend « tranquillou » sur un sol propre. Pause…lol.De nouveau un bond coup de cul sur single trace, je double puis redescente sur le ravitaillement de Aulas. Descente technique sous la pluie! Je ne vois plus rien avec mes lunettes. Je les enlève puis les remets. Rien n’y fait mais je trace…j’allonge et je double 1 puis 2, puis 10 mecs qui assurent le passage. C’est étroit, glissant, boueux, avec le vide à droite (2 ou 3 mètres…quand même!). J’arrive derrière quelqu’un qui me rabroue dans la seconde « Reste pas collé derrière moi » me crie t il! Etonné, je lui réponds  » Panique pas! ». Il rétorque  » T’inquiète, je te laisse passer ». Moi, sourire aux lévres (c’est encore le cas..) je me dis que je n’ais rien demandé et que je doublerais quand il y aura la place, je suis pas a 5mn. Mais bon, enfin après plusieurs centaines de mètres, monsieur me laisse une petite ouverture à gauche et j’en profite. Ben oueh!

Tout va bien jusqu’ici. Les camarades de courses suivants se passeront sans encombres, après quelques formules de politesse, ils me laissent passer et d’autres d’ailleurs en profite. 1ou 2 me reverront plus tard ou se sera a mon tour de laisser la place.

L’entrée de Aulas se fait proche, je réoriente un gars qui partait dans une mauvaise direction.Quelques mètres plus loin, fier de mon intervention je cherche la suite et quelqu’un me ramène sur le droit chemin! Merci.

Ravito 2 à Aulas en 3h15.Ca aura été une portion assez roulante avec 14km en 1h43 soit 8 km/h, mais 620m de D+. Il est placé dans une salle des fêtes spacieuse pour le nombre de concurrent. Beaucoup de produits mais pas de TUC, dommage (enfin je n’en ai pas vu!). Je me prends quelques gateaux énergétiques, banane…et surtout une petite soupe aux vermicelles…Miam!!!! La soupe c’est le top quand même! Je sors de là aussi rapidement que j’y suis entré.

etoiles006.jpg

Cheminement dans le village dans des ruelles étroites sur quelques centaines de mètres, le jour commence à pointer son nez. Je vais enfin pouvoir contempler le paysage des Cévennes! Route goudronnée puis chemin puis sentier sur pas moins de 6.7km et 520m de D+. Longue monté en courant, un peu de marche sur deux passages étroits et raides de quelques dizaines de mètres.Les oiseaux sifflent, j’entends des coqs dans les alentours,le sol est humide. Ca sent les feuilles mortes et la terre. L’écorce des branches et les mousses ambaument la nature. La frontale ne devient plus nécessaire, je la range. C’est super agréable!

La descente se rapproche, la plus longue du circuit soit plus de 10km et 720m de D-. Je redoutais ce passage. Je passe le col de la Mourèzes et attaque sur une piste carrossable. Piste en gravier blanc qui permet d’alonger mais qui « tape »! Je ne vois personne devant ni derrière.Je regarde deux secondes le chemin qui passe sous moi, je vois des traces sur la terre qui suivent la corde du virage et au moment de tourner, j’entends  » A droite, à droite… ». Tellement obnubilé par les traces, je tourne… » A DROITTTTTTE…. » j’entends? Je tourne la tête, je vois les rubalises à droite, je vois le coureur vociférant ces mots salvateurs, faisant des mouvements de bras…et je comprends à cet instant l’état dans lequel je suis!

Je me réoriente sur le bon morceau et remercie cet homme (certainement du Vigan) au grand chapeau blanc. Encore Merci!

Ce sourire du début me quitte quelques instants. Mais ca continue, cette fois-ci sur un sentier, parfois single trace profitant des liaisons entres les anciennes terrasses. Je dirais même « single foot », tellement la « largeur » est étroite! lol. Mais c’est beau!Petite glissade sur le sol humide juste au dessus du Vigan, les 4 fers en l’air, mais je repars. Je traverse la rivière puis arrive au Ravito 3 des Arènes a 5h25 soit 17km en 2h10 environ , 7.9 km/h et 520m de D+.

La, je prends bien le temps de me ravitailler soit…5 mn. Soupe, coca, eau, cake, banane…je remplis 1l de mon camel de boisson Maxim coupée d’eau…se sera insuffisant! La je suis avec un coureur, qui lui aussi veut du Maxim qui fait avancer vite! Je repars avant lui, mais on se retrouvera 4km plus tard pour un moment mémorable de la course. La montée à la sortie du village est raide, single trace dans un terrain typique du coin: Petits chênes rabougris, rochers ronds, mousses et lichens, terre humide et glissante! Un univers sauvage et nature. Le ciel est dégagé, la température augumente et le vent forcis!

Le coureur précédant me rattrape et nous parcourons 15km ensemble. Il me passe, me demande si ça va, je dis « bof »! Il reste devant moi, mais ne me distance pas d’un yota! J’ accroche sa roue, qui d’ailleurs perd sa semelle! Il est devant, je suis tant bien que mal, je suis faible, très faible.Je bois énormément, mais pas assez, je commence à avoir mal au crane. Les abdominaux crampent parfois m’empêchant de respirer profondement.Je m’arrête parfois, mais rarement…doucement mais surement! Ca me rappele les Templiers….hummm!

Marc (celui devant), me dit de résister! On discute de tout, de rien, de la course, de la prépa, de nos jobs respectifs! Le temps passe.Mais a ma grande surprise, Marc peine aussi, il a des crampes aux jambes depuis pas mal de km! Il n’a plus rien à boire et moi non plus! Super!

Je passe devant, je le motive pour pas qu’il lache, il repasse, me dit en souriant que je suis un petit morale…lol.C’est son premier trail de plus de 35km, je lui souffle que de toutes les manières j’irais au bout, mais que 3km ca peut vite tourner à l’horreur, alors pas d’accélération pour l’instant! Je manque encore une fois d’aller tout droit…Reremerci.

Je lui propose un petit gel pour le final, il m’en reste 2 ça tombe bien. On les avale en souriant, on se lance des vannes entres 2 grognements de souffrances.Il sait qui je suis, je sais qui il est, sa femme et sa fille de quelques mois l’attendent à l’arrivée, il parle à sa mère au téléphone… Maman bobo…lol

Dernière ligne droite avant le village, quelques gens pour nous encourager, j’alonge mais il ne suis pas, je me retourne, l’attend comme il m’avait attendu 15mn plus tot. Il m’a dis qu’on irait au bout ensemble, je lui dis qu’on ira ensemble à l’arrivée. Il ressert, nous passons le pont de la ville, le vent nous scotche, mais on cours toujours…je lui dis de passer la ligne avec sa fille dans les bras…mais elle est malade. Il augmente la cadence, je le laisse partir pour 500m de bonheur, il passe la ligne au loin, je la passe ensuite…

Extraordinaire…moments de partages, de motivations, d’aides mutuelles…C’est ça le fameux esprit dont tout le monde parle, le vrai! Celui on l’on est prêt à ralentir, à s’arrêter, à donner un peu de soi pour aller vers un même but!

Que d’émotions! 64km 2400m de D+ et 7h59mn30s sur 8h04 estimé!

etoiles.jpgPlan de course

Points positifs:

-Organisation au top!

-Salle de repos sur place

etoiles001.jpg

-Tarif! Mais comment font-ils? 25euro pour repas soir, pdj, midi, ravito,tee shirt,cd…pot de l’amitié…

-Ambiance familliale

-Parcours roulant et technique et non casse patte

-Parcours de nuit puis jour

-Les monotraces a flanc de montagne, juste de quoi mettre une chaussure devant l’autre!

-Musiciens pendant le repas

-L’aimabilité des organisateurs et des bénévoles

-Le jalonnage (j’avais qu’à lever la tête) lol

-Le beau tee shirt manche longue

-Produits BIO

-etc…

Points Négatifs:

-2 gels balancés sur le sol par des coureurs…on y arrivera un jour, on y arrivera!

-Ben euh? je vois rien d’autre a part les ronfleurs dans la salle de repos….ZZZZZ!

-Celui qui a mis sans gêne son sac sur ma couverture quand je dormais…qu’il me mail…je vais m’occuper de son cas!

-J’ai pas revu Tounik pour la photo des Kikoureurs!

Mesdames, Messieurs de la Course aux Etoiles, réservez moi un matelas dans la salle l’année prochaine!Merci.

3 commentaires »

  1. PNRPA dit :

    Encore un super récit !
    On s’y croirait presque !

    Apparemment donc une très belle course, avec effectivement un final très sympa !

    Bravo pour ta perf’ et….au prochain récit qu’on attend avec impatience !

    Petite question (peut-être perso) : tu bosses dans quoi pour être toujours en montagne, tu es guide (au hasard ?) ?

    @ +++

  2. Michel "Ultrapassions" dit :

    excellent ton récit,il donne envie d aller s essayer à ce parcours,mais il fait aussi flipper avec la défaillance qui nous attend au coin du chemin…
    bonne récup

  3. sylvain dit :

    on retrouve bien l’esprit trail : souffrance ,liberté, soif d’envie et de vouloir aller au bout tous en respectant la nature et les autres coureurs
    Les rencontres lors d’épreuves comme tu pratique sont aussi magique et inoubliable que les superbes paysages que tu rencontres …

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Anthropologie Sport Technol... |
momandinho10 |
Footstar.fr |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | marocain100%
| www.randy.com
| SIHAM+MERIAM=LOVE